LA PREMIÈRE L2 RENCONTRE MONIRI M’BAE, DESSINATEUR DE BD

Comme chaque année, une des Premières L se rend au salon de jeunesse de l’océan indien organisé par l’ ABDEN (Association professionnelle des professeurs documentalistes de l'éducation nationale de la Réunion).

Les élèves de  Première L2,  accompagnés de Mme Gouraud, professeur-documentaliste, se sont rendus au Port et ont rencontré le dessinateur d’origine comorienne Moniri M'BAE.

Une merveilleuse rencontre,  par Rebecca Suzanne

Comme prévu, nous avons rejoint à 11 h 30 une petite salle où nous avions rendez-vous avec Moniri M'BAE. Petit récit d’une merveilleuse rencontre.

Zorro et La Réunion

Moniri M'BAE est né en 1973, il est d’origine comorienne et a commencé à dessiner à partir de ses 14 ans. Un jour, son frère a fait un dessin de Zorro et pour lui c'est un déclic. Depuis ce moment-là, il ne peut s'empêcher de dessiner tous les jours et n'importe où. Hélas dans sa religion, les fidèles n'ont pas le droit de dessiner. Heureusement pour lui, sa famille le soutient malgré tout. Il a passé une partie de sa jeunesse à la Réunion où il a suivi des études d’Arts appliqués à St Pierre.

Aujourd'hui il vit de sa passion. Il illustre des carnets de voyages, fait des bandes dessinées pour quatre maisons d'édition.

Moniri M'BAE nous confie que son métier est passionnant mais difficile car il faut continuellement proposer de nouvelles idées à ses employeurs et, pour cela, il faut réellement dessiner tous les jours. Lui, il dessine au feutre et il peint également. Il utilise plus rarement le crayon à papier.

La passion des autres

Moniri a beaucoup voyagé dans différents pays. Il aime être en immersion dans des familles plutôt que dans un hôtel car il découvre bien plus de choses ainsi et ce contact avec les gens est une façon d’ouvrir son esprit. Alors il est mieux inspiré et arrive à dessiner tout ce que ces familles lui montrent : la culture, les traditions, les danses, les musiques et les chants. Ce qui crée des scènes magnifiques que l'artiste cherche à faire revivre par son dessin.

Lors de ses voyages, il se montre très curieux pour pouvoir tirer le meilleur des endroits qu’il visite. Il compare toutes ses aventures de voyage à l’ émission télévisée « J’irais dormir chez vous »

Des dessins en direct

Pendant la rencontre, Moniri nous a montré ses carnets de dessin, tous plus colorés et vivants les uns que les autres. Ses personnages ne sont pas hyperréalistes mais font partie du réalisme. Il représente souvent des personnes créoles dans un environnement rural.

Ensuite, il nous a demandé de dessiner notre voisin de chaise en exagérant certains traits importants et caractéristiques de son visage. Sans pour autant en faire une caricature. C’était plutôt amusant.

Pendant ce temps, il s’est mis créer une œuvre en à peine cinq minutes. Elle se trouve désormais au CDI.

Avant de partir, certains camarades de classe ont eu le privilège d’avoir un dessin de cet artiste sur leur marque-page offert par le Salon.

Ce matin-là, nous avons fait une magnifique rencontre. Moniri M’BAE est quelqu’un que j’admire personnellement.

Moniri M'BAE, un style spontané et coloré

Moniri M'BAE n'a pas de style de dessin prédéfini, il peut être enfantin comme réaliste, ce qui fait qu'il est très polyvalent. La majorité de ses dessins sont très détaillés et colorés. Il représente principalement des scènes du quotidien, et aime les couleurs vives et joyeuses. Il utilise plusieurs techniques et matériels en fonction de ce qu'il a envie de représenter : il utilise alors la peinture, le crayon à bois, l’encre, … Il dessine tous les jours et ne peut pas passer une journée sans dessiner. Pendant notre rencontre, il nous a précisé que lorsqu'il peint, il préfère souvent faire des erreurs et dessiner rapidement plutôt qu'être précis.

Pendant ses voyages dans de nombreux pays, il dessine très rapidement à l'encre, la vie quotidienne des gens dans la rue dans leur univers qu’il soit urbain ou rural .

Les paysages de La Réunion ont souvent inspiré ses œuvres.

Il a fait de nombreuses bandes dessinées, carnets de voyage et des livres pour les enfants.

Lepinay Cédrine, Ye Emilie et Payet Mégane

moniri_m_bae

Moniri M'BAE en quelques dates par Chloé Lebon et quelques autres élèves

1973 - Naissance aux Comores.

1988 – Vit à La Réunion, étudie au Lycée Ambroise Vollard.

1991/2000 - Débute sa carrière avec «Le Cri du margouillat».

1993 – s’installe à Montpellier où il est venu faire une licence en Art plastiques.

2002 - Début carrière avec «Le Cri du margouillat » à la Réunion.

2004 - collabore à la collection Je bouquine sur la série «Double pote».

2002 -2007- Participation à «Choco Creed». (ouvrage collectif réalisé par l'association Café dans le cadre du Festival de la BD d’ Angoulême).

2008 - publication de son album "Ginkgo".

2009 -il revient sur son parcours au Festival de BD de Mamoudzou.

2011 - illustrations du livre-CD écrit par le compositeur Alain Rosenfeld, Le Bal des animaux et participe au recueil collectif réunionnais Marmites Créoles.

Dessins et planches :
Nombreux dessins et planches sur son blog : littlemomoworld.over-blog.com

Album publié :
"Ginkgo", (collectif) éd. Café Creed, 2008.

Magazines :
"Le Cri du Margouillat"(1991-2000)
"Choco Creed" (2002-2007)
" Double pote ", in " Je Bouquine "
"Little Big Momo" in "Tchô !" (Tchô ! ", le magazine humoristique publié par les éditions Glénat, ses dessins et planches ont été publiés dans de nombreux fanzines tels que :Thermostat, Le Mutant, LMQP, La Brochette, Liquid Mox, Tartagueule...etc

« Un Comorien dans les Carpates" entretien de Christophe Cassiau-Haurie avec Moniri M'baeMamoudzou (Mayotte), mai 2009

Le Salon en quelques brèves par Janna Duchemann, Marina Fède et Cyril Ichambe

 Des livres et des … requins

 

Le Salon du livre de jeunesse de l’océan Indien a réuni plus de 40 stands principalement d’éditeurs et de libraires de La Réunion mais nous avons pu en découvrir un qui proposait une expérience très particulière : toucher un requin … enfin à une nuance près : de la peau de requin ainsi que deux type de dents : celles du requin tigre et du requin bulldog. C'était très impressionnant et intéressant...

 

 

 

Un salon intéressant mais quelques animateurs rugueux…

« Vers 12h30 nous sommes allés déjeuner sur des tables mises à disposition. On nous a placés à une table précise pour une « meilleure organisation » mais à peine avions-nous commencé qu’une sorte de cerbère vient nous aboyer de laisser la place à des plus petits ! Nous avons compris le geste, cela était tout à fait légitime mais le faire avec politesse aurait été plus approprié . Un peu de respect mesdames … »

 

Un stand « Recycl ‘ ART »

Le Salon du livre, c’est aussi la rencontre avec des Associations comme Rencontres alternatives qui mêle création artistique, matériau de recyclage comme les palettes de bois et atelier de formation. Voilà de bonnes idées de création à récupérer !